Archives du mot-clé PLU-H

Révision du PLU-H pour la métropole de Lyon et Rillieux-la-Pape : Notre avis suite au conseil du 19 octobre 2017

Le cahier communal de la révision n°2 du PLU-H de la métropole est enfin dévoilé.  Certes, c’est  la Métropole Grand Lyon qui a la compétence de l’urbanisme réglementaire. Les services ont précisé le registre des considérations, détaillé les prospectives et les applications des prochaines années, établi les documents écrits et graphiques à ce dessein. L’institution a développé nombre de concertations avec les conférences des maires et les communes. Monsieur le Maire, vous êtes également élu métropolitain et responsable de la Conférence des Maires du plateau Nord, c’est sans aucune communication auprès des habitants de RLP que vous nous présentez ce document.

La délibération qui est remise à notre assemblée d’élus, reflète cette défaillance.

Le cahier communal, mais également l’ensemble des documents qui seront proposés à la consultation public auraient mérité un exposé de qualité plus détaillé. En 2005 un  PLU novateur fut voté, il a placé l’urbanisme à l’échelle d’agglomération et il tenta de développer une attention volumétrique et sensible à l’environnement.

Mais depuis nous avons connu la COP21, la loi Alur, les atouts du grenelle de l’environnement, l’aboutissement du SCOT et le très prospectif et intelligent scénario Négawat. . Nous dirons en premier lieu notre point vu sur le document puis nous commenterons vos propositions  et valoriserons des demandes de modifications.

 

1 – Le document général

Les services de la Métropole Grand Lyon et l’Agence d’Urbanisme  ont reformulé, précisé et détaillé le constat des documents précédant et permettent de projeter un avenir pour notre Métropole au sein de laquelle notre commune s’inscrit.

Il faut d’abord souligner la qualité des principes retenus dans le PADD : la synthèse nécessaire entre le défi environnemental, le défi du développement économique, même si son écot reste celui du modèle compétitif peu original, et celui de solidarité.

Ce qui, pour notre commune, se décline principalement en :

  • La préservation des espaces naturels et agricoles,
  • L’amélioration de l’accessibilité de la gare de Sathonay-camp,
  • La mixité sociale et inter-générationnelle,
  • La poursuite de la rénovation de la ZI Périica et un avenir pour Ostérode,
  • L’émergence d’une polarité communale unifiée.

 

Ces concepts sont décrits ensuite en plusieurs pages qu’il faut lire attentivement tant elles corrigent des idées et des chiffres faux que vous donnez, Monsieur le Maire dans cette enceinte et ailleurs.

J’en cite quelques-uns :

  • Le pourcentage de logements sociaux parfois indiqués par vous comme étant de 62 % est de 55,49 % en 2014. C’est un pourcentage qui a diminué d’un point par rapport à 2008 (56,51 %) (p.26). Il a été à son maximum sous le mandat de Marcel André, qui bien sûr n’y était pour rien puisque le programme des ZUP a été décidé par le gouvernement sous la présidence du général de Gaulle. Faut-il vous rappeler que plusieurs opérations majeures de diversification de la commune ont été conduites sous les mandats de Marcel André pour Vancia en partie, de Jacky Darne pour le Loup pendu,  château Bérard, le renouvellement urbain de Velette Semailles, et de Renaud Gauquelin pour avoir initié celui du Bottet ,l’engagement des balcons de Sermenaz et  le programme au rond point Charles De Gaule.

 

  • Les équipes municipales précédentes ont été actives et offensives. Ainsi, pour ne citer que la période 2010-2014 c’est 536 logements qui ont été construits.

 

Les capacités résidentielles pour la période 2010/2030 (le temps du Scot) sont estimées dans une fourchette de 3 100 à 3 400 logements, ce qui représente environ 12400 à 13600 habitants.

 

  • De 1999 à 2012 la catégorie professionnelle qui a le plus augmenté, outre celle des retraités, est celle des cadres et professions intellectuelles supérieures.

 

Au-delà de la description et des rappels historiques que contient le document pointe 3 questions qui nous paraissent essentielles :

  •  La question de l’organisation urbaine : avec la nécessité de poursuivre le travail de liaison des divers quartiers de la commune et en particulier de désenclaver la ville nouvelle dont il est écrit « le débouché sur la route de Strasbourg est mal identifié » ; avec les problèmes rencontrés à Crépieux qui, comme à Rillieux-Village, qui subissent les nuisances d’un trafic et d’un transit routier important et qui rencontrent des pertes de services publics et privés, administratifs ou commerciaux.
  • La question du maintien du secteur agricole: plateau agricole Nord, Plateau des maraîchers.
  • La question du logement est de perspectives. Le document rappelle que de 2010 à 2030 c’est 3100 à 3400 logements nouveaux qui sont attendus à Rillieux-la-Pape.

 

Notre appréciation pour ce document est plutôt positive, mais nous lui trouvons cependant des faiblesses significatives :

  • Il prend insuffisamment en compte les problèmes de déplacements. La partie diagnostic les évoque à peine et presque rien sur les enjeux et sur les prospectives. Pourtant avec le développement des logements, non seulement à RLP, non seulement sur le plateau Nord mais dans l’Ain et ailleurs, et fors des relations à l’activité, comment permettre une mobilité correcte Si les déplacements en bus par les lignes fortes ont été une réponse valable pour une quinzaine d’années, ça ne sera plus le cas demain. Quelle politique des sols doit être mise en place pour permettre le passage d’une liaison par tram ou métro ? Quels contournements de Rillieux et Crépieux. Des études ont été faites où sont-elles ? que disent-elles ? Sont-elles suffisantes ? Ne faut-il pas pousser la Métropole à prendre à bras le corps ce sujet ? Le nord de la Métropole demeure un  territoire oublié de l’agglomération.

 

  •  La question de la ou des centralités est évoqué mais sans que l’on sache finalement quel choix est fait. On ne peut pas dans le même temps énoncer la nécessité de centralité de la ville nouvelle et constater les champs de ruines déjà-là et à venir centre Europe, Alagniers, Vancia, Crépieux.

 

  • Plaider pour le renforcement Charles de Gaulle est évidemment contradictoire avec le reste. Qu’est ce qui est choisi ? Pour notre part nous ne pensons pas opportun de laisser se développer Charles de Gaulle. Certes l’image de ce triangle est déplorable en entrée de ville, mais une requalification ne peut dénier un équilibre de fonction avec les cœurs de ville. La chambre de commerce établit régulièrement des études diagnostic et propositions. Vous serait-il possible de nous les faire partager ?

 

  • Rien n’est jamais dit sur les stratégies et les discussions avec les communes voisines, dont celles de la Conférence des Maires du plateau Nord et celles de l’Ain. Pourtant pour le logement, pour le développement économique, pour les commerces (rappelons que le centre commercial de Beynost capte une part significative des achats rilliards, que les commandes via les supports électroniques progressent, pour les déplacements et les équipements de loisirs.

 

  •  Le terrain de Sermenaz destiné à devenir un parc n’est presque pas évoqué alors qu’au cours de ces dernières décennies il y avait un choix clair : 1/3 de l’espace pour l’activité économique (c’est ce qui a été fait par nos prédécesseurs) 1/3 de logements (c’est ce qui est en cours avec les balcons de Sermenaz) et 1/3 de parc aménagé : c’est ce qui reste à faire.

 

  •  quelles sont les conséquences des logements à venir (environ 2000 dans les 10 ans à venir) où ? Quelles conséquences ?

 

2- Notre avis sur les propositions de modifications que vous nous demandez d’approuver

  •  Parcelle Lejaby: nous estimons votre demande prématurée en l’absence d’une réflexion approfondie sur cette zone. Il est tout à fait regrettable que cette surface ne soit mise en perspective entre la ville nouvelle et le futur Centre Aquatique, entre la lande commerciale jusqu’au rond projet CdG et celle désuète jusqu’au Companet, avec des études préalables dignes de ce nom. En l’attente et d’autant que la propriété est aux mains peu mécènes du bien être communal, il serait opportun que la propriété soit classée à Aménager. La mixité en zonage économique et logements pourrait être envisagée.

 

  • zonage économiques de Périca : Le zonage économique autorisant du tertiaire sans autorisation de commerces parait aller dans le sens des choses.

 

  • Le Tunnel des Mercières : Le projet entre Vassieux et les Mercières est obsolète depuis son origine tenue par des velléités protectionnistes caluirardes. Une implication forte pour la réalisation d’un tram-train depuis Trévoux et une amélioration des dessertes TER et des mobilités douces seraient de meilleurs augures.

 

  • loup pendu : Le projet de nouveau Centre Aquatique ne doit introniser une entourloupe immobilière. Supprimer l’âme du site voué aux activités sportives est incorrect. Sacrifier une surface entre la voie verte et les tribunes du terrain d’honneur de rugby, entre les bassins de la piscine actuelle et la limite extérieure du terrain de ghorr est un grand dommage et une vision de vendeur à la petite semaine. Il est un peu fort de café d’oser imaginer artificialisé un site avec des immeubles pouvant avoir une hauteur de 19m, soit au un R+6 en front principal, soit le choix critiquable d’un classement URM2b.

Une attention peut être discutée le long de la rue des Feuillantines, au dos du Play Ground et du boulodrome, mais aussi avec équilibre de l’ex-propriété Lejaby, et en considérant les dessertes viaires et alternatives.

 

  • agrandissement clos Penet:

Concernant votre souhait d’étendre la zone constructible sur la frange Nord du parc Brosset c’est-à-dire en lieu et place de l’école de musique, de la MPT , de la propriété BESACI récemment acquis par vos soins et de l’espace vert résultant du projet Bouygues de la rue capitaine julien racheté en 2012 par la ville, je voudrais vous lire ces quelques lignes :

« C’est une offre de logement qui n’est pas fondée et ne se justifie pas au village, elle va aggraver les problèmes de circulation sur le secteur déjà saturé. Le parc Brosset et le village sont en danger, vous allez encore réduire la surface d’espace vert et transformer l’âme du quartier avec des constructions modernes. Il faut se mobiliser pour arrêter cette défiguration massive et conserver à Rillieux Village son aspect traditionnel et son authenticité !! »

Ces propos sont issus des remarques formulées sur le registre de l’enquête public de la révision n°5 du PLU de 2009 par Mr Berujon et  Mr Smati et d’une pétition remis au commissaire enquêteur signé par Mme Monnet, Mr Perrot et Charvet !! Modification qui a permis la transformation en zone constructible pour de l’habitat du secteur des deux anciens gymnases du Clos Penet et le projet de création de voirie.

Messieurs et Mesdames, auriez-vous changé d’avis maintenant que vous êtes dans la majorité municipale ??

Plus sérieusement la précédente modification a permis la construction d’un immeuble d’habitations et la réalisation de la résidence des Sénioriales sur le front de la Rue de la République. Il ne nous paraît pas opportun d’aller plus loin dans la construction d’habitation sur le secteur afin de préserver cette zone en espace vert avec la présence de l’école de Musique et de la MPT. D’autant que les constructions sur l’ancien tènement Paul Chevalier et la démolition/reconstruction de l’immeuble Anjou sur le square Henri Dunant ont permis d’augmenter et de renouveler l’offre de logement  sur le Village et qu’il existe de gros projets de construction sur le secteur République/Pasteur ou le long de la route de Strasbourg. La densification ne doit pas aller plus loin au risque de saturé les axes de circulation et la capacité d’accueil de l’école et la crèche du quartier.

Cette zone doit donc rester en USP (réservé aux services publics) afin à terme de reconfigurer sur la zone l’école de musique et la MPT et de réaliser la nouvelle voirie descendante. A moins que votre ambition soit de vendre ces terrains et ces biens communaux aux promoteurs immobiliers comme vous le faite sur Vancia… Dans ce cas dites clairement aux habitants que demain ils auront de nouveaux immeubles au fond de leur jardin contrairement aux promesses électorales que votre équipe leur a faites en 2014 !

 

  •  Lycée Lamarque Le choix de maintenir le site en USP est une bonne chose, la protection des espaces verts également. Qu’est devenue l’ambition d’une étude du cœur de Crépieux  allant du rond point de la Bussière jusqu’à place Canellas.

 

Par ailleurs nous avons relevé que le PADD notait un devoir d’observation et suivi du PLU-H, précisant que cela nécessite une gouvernance locale adaptée. Quelle sera votre disposition avec les habitants et les associations ?

Peut être pourriez-vous nous instruire du défaut de financement à la rénovation urbaine qu’engage le programme PUR de la nouvelle gouvernance régionale ?

Pour compléter la qualité des états dressés et l’ambition affichée pour des espaces verts de pleine terre à concurrence de 20% d’un seul tenant pour chaque projet, ne vous paraîtrait-il pas pertinent que chacun des constructeurs délivre une étude diagnostic de son sous-sol et de son couvert et que l’insertion dite paysagère considère le contexte alentour ?

Nous voterons donc cet avis favorable sur la révision du Plu-H de la Métropole du Grand Lyon mais sans la prise en compte de vos demandes de modifications supplémentaires que vous nous présentez ce soir pour les raisons que nous venons d’expliciter.

Catherine RAVAT.