Conseil du 24 Mars 2016 : Garantier les Solidarités : Questionnement par Catherine Ravat

Monsieur, le Maire,

Une toute première remarque dans l’introduction.

Ne voyez-vous pas une contradiction dans cette phrase : les priorités seront tournées vers le développement du vivre ensemble, le renforcement des politiques éducatives… » et deux lignes après « le budget de fonctionnement sera diminué de 8 % ».

De deux choses l’une : où il n’y a pas de renforcement des politiques mais diminution de ces politiques, c’est ce qui nous paraît évident ; ou auparavant l’argent municipal était gaspillé. Dans ce cas pouvez-vous nous dire  où était les gaspillages ?

Question 1

Nous soutenons le principe du dispositif 2e chance, il a concerné 14 jeunes en 2015 et, si nous avons bien lu le budget concernera 10 jeunes en 2016. C’est donc moins de 1% des jeunes demandeurs d’emplois qui sont concernés ? Pouvez-vous nous dire, au-delà de l’évaluation quantitative, le budget de cette action, au total, et ramené à chaque jeune ?

Question 2

Pour la petite enfance vous écrivez : après un diagnostic de fonctionnement des structures mené en 2015, la ville poursuivra et optimisera sa politique de développement de l’accueil du jeune enfant en axant notamment son travail sur une recomposition de l’offre sur le territoire, une optimisation des places d’accueil dans les structures et la recherche de solutions d’accueil innovantes

Pouvez-vous nous en dire plus ?

En quoi consiste cette optimisation, en quoi consiste la recomposition de l’offre ? Avez-vous engagez un dialogue avec les parents ? Vous engagez-vous à maintenir au moins le même nombre de places qu’aujourd’hui ?

Question 3

Pour le centre social, le CEJ est fortement affecté : 30000 euros en moins sur le volet jeunesse et 40000 euros en moins sur le volet petite enfance, ceci représente une baisse de 15% et la subvention totale de la commune est en baisse de 9% bien au-delà des réductions faites aux autres associations.

Cette baisse importante pose une question politique forte : quelle politique jeunesse la ville entend-elle développer ?

Vos différents échanges avec les centres sociaux au cours des COPIL et COTHEC ont-ils permis d’évoquer cette forte baisse de subvention ?

Monsieur Charvet, vous qui avez été coprésident du centre social et qui connaissez bien les rouages de cette association, je vous demande qu’en pensez-vous ? Validez-vous cette baisse importante ?

Question 4

Pour les associations culturelles, la MJC et le centre chorégraphique subissent une forte baisse de leur subvention.

MJC moins 6000 euros pour 2016 et si on cumule 2015/2016 moins 7352 euros.

CCN moins 5000 euros en 2016 et si on cumule 2015/2016 moins 14000 euros.

Nous savions que la culture n’était pas votre tasse de thé mais à ce point, pouvez-vous nous donner des explications ???

Question 5

Vous écrivez : De nouvelles bases pour une ville sportive. Au vu des montants de subvention alloué aux associations sportives vous auriez du écrire, comment faire mieux avec moins financement. Si nous prenons la baisse des subventions en 2015 et 2016, nous notons moins 25300 euros soit environs 10%.

La ville à 9 associations en contrat d’objectif, toutes ont une subvention qui a baissé entre 500 et 1000 euros sauf une LE CLUB GYMNIQUE. Ces associations sont reçues par l’adjoint et les services 2 fois par an. Une fois au mois de juin pour faire le bilan de l’année et la deuxième fois au mois de septembre pour définir avec la ville les objectifs. A aucun moment pendant les rencontres la ville à évoqué une possibilité de baisse de financement sur la partie fixe du contrat.

Pouvez-vous nous donner les critères retenus pour évaluer la baisse ou le maintien de la subvention.

 

Pour finir, je dirai qu’un grand nombre d’association ont appris la baisse de leur subvention lorsque nous avons mis en ligne le tableau récapitulatif. Votre façon d’agir fait ressortir votre incapacité à dialoguer, à travailler en concertation.

Merci de votre attention.

Catherine Ravat, Conseillère Municipale