Notre Tribune de Septembre 2016

L’excellence olympique se cultive à Rillieux.

Aux jeux olympiques de Rio, une athlète rillarde a concouru. Il s’agit de Manon Brunet, demi-finaliste au sabre qui a fait ses premiers pas d’escrime au club du CLAIR. On mesure alors l’importance des associations locales capables de développer les talents des habitants.

Manon Brunet n’est pas la seule sportive de la commune à atteindre un très haut niveau. Hacine Cherifi avait été champion du monde de boxe WBC en 1998. Cet été, Hacine Cherifi a été décoré de la légion d’honneur. D’un comportement exemplaire ; il continue d’œuvrer auprès des jeunes et d’être actifs au sein d’associations.

Les associations à Rillieux ont toujours été une force pour notre commune, elles se sont développées en même temps que la ville et ont été soutenues par toutes les municipalités, de droite comme de gauche. Elles sont le ciment d’une cohésion sociale, le terreau de l’excellence souvent. Administrées par des habitants, répondant à des besoins comme à des envies, les associations sont d’utilité publique.

Alors pourquoi rogner leurs subventions ? Et surtout pourquoi assujettir leurs subventions au soutien qu’elles apportent au maire ? C’est pourtant ce que font le maire et son équipe !

En réduisant son soutien aux associations, en limitant leur liberté d’action, c’est toute la commune que Monsieur Vincendet appauvrit… à son profit. Ce comportement politique n’est pas digne ni acceptable. Nous le dénonçons.

Catherine Ravat et Jean Christophe Darne.

Retrouvez les autres tribunes des mois précédent en cliquant ici

Notre Tribune de Juillet 2016

IMPOSSIBLE DIALOGUE !

Depuis deux ans, chacun constate que le débat est impossible avec Monsieur Vincendet.

Les réunions de bilan de mandat qu’il organise ne font déplacer que très peu de monde sauf à Rillieux Village où les habitants sont venus nombreux protester contre les problèmes de circulation et l’urbanisation.

Même la réunion sur la rénovation du quartier du Bottet n’a fait déplacer que quelques habitants alors qu’ils sont des centaines à être concernés !

Est-ce à dire que personne n’a plus rien à dire à Rillieux-la-Pape ? Les habitants seraient devenus muets ? Béats devant la gestion de la municipalité ?

NON ! Par exemple, l’Assemblée Générale du Centre Social a réuni plus de cent personnes. Les derniers lieux d’expressions qui restent, sont les collectifs citoyens et les associations.

Ces différences s’expliquent par l’incapacité qu’a le maire de construire avec les habitants. Il ne sait qu’imposer ce qu’il a décidé par avance, en dehors de toute concertation. Ce fonctionnement autocratique décourage la participation et rend toute tentative de débat vaine.

Cela va à contre-courant des Conseils Citoyens, pour lesquels, Hélène Geoffroy, Secrétaire d’Etat à la Ville, vient d’allouer 7 millions d’euros.

Les affaires de la cité concernent tous les habitants et les échanges doivent être possibles. Il s’agit de construire AVEC les habitants, ni CONTRE, ni A LA PLACE. Monsieur Vincendet saura-t-il être à l’écoute de ses administrés ? C’est mal parti !

Catherine Ravat et Jean Christophe Darne.

Retrouvez les autres tribunes des mois précédent en cliquant ici

Notre Tribune de Juin 2016

OUI, AU NOUVEL ESPACE CULTUREL… MAIS AU SERVICE DU VIVRE ENSEMBLE !

Au dernier conseil municipal, nous avons voté favorablement au développement d’un nouvel espace culturel qui s’appuiera sur la réhabilitation de l’espace Baudelaire.

Ce vote est un vote cohérent, car c’est l’aboutissement d’UNE INITIATIVE DONT NOUS ETIONS A L’ORIGINE. Nous avions déjà anticipé qu’il fallait développer un centre qui permette d’accueillir les nouveaux besoins et pratiques culturels. La médiathèque ne doit pas seulement être un site où sont localisés les livres et autres médias. Ce doit être un lieu qui permet de les utiliser et de les partager entre usagers. Cela implique des espaces variés pour consulter, travailler, échanger et débattre sous peine de voir l’usage de ce lieu s’enfermer dans une routine qui n’inclue pas les nouvelles générations et tous les publics.

Oui, nous sommes pour.

MAIS CE N’EST PAS UN BLANC-SEING QUE NOUS DONNONS AU MAIRE. En effet si ce projet est important, reste à faire vivre la culture. Nous serons vigilants quant au maintien des actions de promotion de cette dernière au travers du soutien aux associations. Nous déplorons la suppression de l’initiation au théâtre intervenue dès cette année pour cause d’arrêt de financement.

A quoi servirait un beau bâtiment incapable d’inclure toutes les générations et populations qui font la diversité de Rillieux. LA CULTURE C’EST D’ABORD UNE EXPERIENCE A VIVRE ET A PARTAGER ENSEMBLE !

Catherine Ravat et Jean Christophe Darne.

Retrouvez les autres tribunes des mois précédent en cliquant ici

Notre Tribune de Mai 2016 : AUGMENTATION DES IMPOTS LOCAUX : LE MAIRE PERSISTE ET MENT.

Le dernier conseil municipal a permis à Monsieur Vincendet d’entériner UNE AUGMENTATION DES IMPOTS. Chacun verra sa taxe d’habitation augmenter de 35 euros en moyenne. En proportion, les taxes des logements les plus modestes seront plus augmentées que les autres. Nous avons argumenté contre cette décision. Le Maire et ses colistiers sont restés sourds.

Dans un tract, le maire travesti la réalité et nie cette hausse, alors même que tous les Rillards pourront la constater. Non seulement cette mesure est-elle contraire aux engagements de campagne du candidat Vincendet, mais en plus elle est injuste.

Comment le maire justifie-t-il ce revirement ? Monsieur Vincendet invoque une baisse des dotations de l’Etat. Or, les différentes dotations, subventions et participations de l’Etat et des collectivités diminuent au total de 0,3%, soit de 50 000 euros ! pour un budget total de 50,1 M€.

Ce que le maire ne dit pas c’est que les charges à caractère général et les charges de personnel sont en hausse de 2,1 et 1,9% respectivement, pour un montant total de 547 000 euros. C’est donc une AUGMENTATION DES DEPENSES 10 FOIS SUPERIEURE A LA PERTE DE DOTATION. Dans le même temps la commune soutient moins les associations puisque leurs subventions diminuent de 4,8%.

Que faut-il retenir ? Monsieur Vincendet ne tient pas sa parole et CAMOUFLE SA MAUVAISE GESTION par une hausse fiscale et une politique inégalitaire. IL N’EST PAS EXEMPLAIRE puisqu’il n’applique pas à son budget de fonctionnement ce qu’il impose aux associations.

Catherine Ravat et Jean Christophe Darne.

Retrouvez les autres tribunes des mois précédent en cliquant ici

Café-débat le 25 avril 2016 : Après la Cop 21, Comment relever le défi à Rillieux-la-Pape ?

 

Notre association continue ses activités sur la commune.

Au mois de mars nous avons été mobilisé par les nombreux dossiers du Conseil Municipal dont le vote du budget. Vous trouverez sur notre site des documents qui s’y rapportent et les principales interventions de nos élus en cliquant ici.

Pour le mois d’avril, nous vous proposons de prendre de la hauteur, sans quitter Rillieux-la-Pape et  nous vous invitons à un café-débat le lundi 25 avril à 20 heures à l’ancienne Chaufferie des Alagniers (rue le notre).

Quelques mois après la COP 21, nous échangerons autour la question suivante :

Comment la ville de Rillieux-la-Pape et ses habitants relèveront-ils les défis du XXIème siècle ?

 

Deux personnalités seront présentes :

–          Bruno Charles, Vice-Président de la Métropole de Lyon en charge du Développement Durable et de l’Agriculture

–          Guillaume Durin, Universitaire et animateur d’Alternatiba

 

Nous aurons ainsi une triple vision du sujet : théorique, concrète et citoyenne.

Nous vous attendons nombreux,

Bien amicalement.

Les membres du bureau :

Naouar Abdelhai, Jean-Christophe Darne, Catherine Ravat, Nicolas Appell, Catherine Lasserre, Madeleine Devienne, Robert Gillouin, Sauveur Mirailles

Pour diffuser largement cette invitation, vous pouvez télécharger le tract en cliquant ici

Retour sur le Conseil municipal du 24 mars 2016

Impressions, impressions… sur la séance du Conseil Municipal du 24 mars 2016

Ce soir, le conseil municipal sera plus serein ! Comment pourrait-il en être autrement ? D’abord par la masse imposante de rapports présentés (plus de 185 pages !), par la présence nouvelle enfin, d’un député et de son attaché parlementaire dans les rangs de l’opposition. Las ! Nous allons vite déchanter ! D’entrée de jeu, dans une introduction très longue, Monsieur le Maire commence à distribuer ses piques, en direction de Marc Cachard en priorité, et tout au long de cette séance si longue, des propos acides ponctueront les débats en dépit des invites au calme, à la sérénité du nouveau député et des réponses plus mesurées de Marc Cachard. Décidément, les choses ne changent guère, et il n’y a pas lieu de s’en réjouir…

 

De ce conseil si long, que faut-il retenir ?

Un long débat d’abord sur les finances et sur -la hausse de la taxe d’habitation qui a fait le buzz dans les journaux… « Elle est modeste, prétend le maire, et se veut d’abord une mesure de solidarité permettant d’alléger cet impôt pour les 3000 personnes Handicapées de la commune. Et puis, cela va compenser aussi la baisse si forte des dotations de l’état… » C’est avec fermeté que Jean-Christophe intervient alors, pour rappeler les engagements du Maire à ne jamais augmenter les impôts; il évoque la situation financière relativement favorable de la commune, qui grâce à une forte Dotation de Solidarité Urbaine, a des recettes à peu prés constantes. Il dénonce avec vigueur la baisse très sensible (-4,8%) des subventions aux associations dont nul n’ignore pourtant le rôle essentiel et – pointe du doigt des investissements trop lourds augmentant l’endettement de la ville : il souligne enfin le côté excessif de certaines dépenses, dans le champ de la sécurité (recrutement de nouveaux policiers, extension du système de vidéo-protection pour 800.000 euros..,) Même si les résultats sont positifs, il faut savoir raison garder ! (retrouver l’intervention de Jean-christophe en cliquant ici)

A plusieurs reprises, d’importants travaux d’urbanisme sont évoqués : création de cœurs de quartiers, Place Canellas, à Vancia, aération importante du quartier des Alagniers …. Tout cela est bel et bon, mais demande Catherine Ravat avec insistance, cela se fait-il dans la concertation avec les habitants ? Une vraie concertation, qui ne se limite pas à une simple information…. (retrouver l’intervention de Catherine en cliquant ici)

 

La crèche de la Roue, qui devait être remplacée par des locaux neufs construits rue du capitaine Julien r, sera finalement réhabilitée et agrandie pour augmenter sa capacité d’accueil… Catherine Ravat ne décolère pas, devant ce brusque changement : les locaux de la Roue sont anciens, trop exigus, incapables de faire face à une demande accrue… Pourquoi les rénover ? La PMI (Protection Maternelle Infantile) a-t-elle donné son agrément? Ne peut-on surseoir à cette décision ?… (retrouver l’intervention de Catherine en cliquant ici).

Catherine Ravat interviendra également pour dénoncer les incohérences de l’équipe municipale qui veut renforcer les politiques liées à la Solidaritié mais diminue dans le même temps le budget en faveur de ces actions de plus de 8 % !! Allez comprendre !! ((retrouver l’intervention de Catherine en cliquant ici)

 

Les derniers rapports sont lus, expédiés plutôt, car le temps pèse, l’auditoire s’agite et s’éclaircit, quand soudain, Madame Bouvier dénonce avec vigueur la façon dont se prépare le Carnaval :tout y est imposé, sans concertation aucune , etc… Est-ce la guerre qui reprend ? Si la réponse du Maire est d’abord sèche, il pose ensuite La bonne question : «avez-vous assisté à ces réunions ? » «Non… » Eclat de rire général ! et chacun se lève, soulagé et… moulu.

Il est minuit… !

Notre Tribune d’Avril 2016

atsem

Des policiers municipaux plus nombreux mais DES ECOLES SANS ATSEM !

 

 

Dans la tribune de mars 2016, la majorité municipale se félicitait des bons résultats en matière de sécurité et annonçait sa volonté de continuer d’embaucher des policiers municipaux.

Mais qu’en est-il des ATSEM ? Ces agents affectés dans les écoles maternelles ont un rôle important dans la scolarisation et dans la réussite scolaire des jeunes enfants. Or beaucoup n’ont pas été remplacées cet hiver quand elles étaient absentes pour cause de maladie ou de délégation syndicale. Et cela sur plusieurs semaines voire plusieurs mois.

A l’école Paul Chevallier, il a fallu une pétition de 90 parents d’élèves pour qu’enfin la municipalité se décide à remplacer les absences, récurrentes depuis la rentrée de septembre dernier.

Lors du dernier conseil municipal, quand Catherine Ravat a posé la question du remplacement des ATSEM qui partaient en retraite, Monsieur Vincendet n’a pas répondu mais a vilipendé l’Education Nationale. Or les ATSEM sont de la responsabilité de la commune depuis plusieurs décennies. Comme à son habitude, face à une question embarrassante, il a donc choisi de répondre à côté…

L’engagement de maintenir une ATSEM par classe n’a pas été pris au-delà de l’exercice budgétaire en cours.

Quand ce problème sera-t-il résolu ? Est-il envisageable que des classes accueillant des enfants de 2/3 ans avec des effectifs de 30, ne soient sous la responsabilité que d’un seul adulte ? C’est pourtant ce qui a été vécu par certains enseignants et leurs élèves cette année.

L’EDUCATION EST UN DROIT TOUT AUSSI IMPORTANT QUE LA SECURITE !

Catherine Ravat et Jean Christophe Darne.

Retrouvez les autres tribunes des mois précédent en cliquant ici

Subventions aux Associations pour 2016 : Enfin des chiffres, qui confirment la BAISSE !

subventionDepuis plusieurs mois, des bruits, des rumeurs circulent dans la commune au sujet de la baisse des subventions aux associations.

Les deux élus municipaux du groupe Réussir Ensemble Rillieux-la-Pape, sont destinataires des documents budgétaires de la commune. Nous pouvons donc vous informer d’après ces documents officiels.

Aussi pour répondre aux nombreuses sollicitations, vous pouvez consulter dès maintenant en cliquant ici les montants des subventions en espèce qui figurent dans les annexes du budget soumis au Conseil Municipal du 24 mars 2016.

A rillieux-la-Pape : l’augmentation des impôts locaux qui favorise les plus riches


impotAugmentation des impôts locaux : Lettre ouverte à Alexandre Vincent Vincendet de Jean-Christophe Darne et Catherine Ravat

Monsieur le Maire,

Par vos délibérations au prochain Conseil municipal du 24 mars 2016, il nous est proposé d’augmenter les impôts locaux. Votre choix est de cacher cette augmentation sous un artifice : maintenir les taux de la taxe d’habitation mais réduire les abattements de la valeur locative des logements de 5 points en les faisant passer de 15 % à 10 %.

La conséquence est une augmentation de la pression fiscale moyenne de 5 %.

Pendant la campagne électorale, vous avez répété que vous n’augmenteriez pas les impôts. Vous ne tenez donc pas vos engagements. Seulement deux ans après votre élection !

Pourtant à Rillieux-la-Pape, l’évolution des dotations de l’Etat est une des plus favorables de France, tant grâce aux dotations de solidarité telles la DSU qu’au financement des projets par l’ANRU. Si le désengagement de l’État peut avoir du sens dans nombre de collectivités, ce n’est pas le cas pour Rillieux-la-Pape.

C’est la démonstration de ce que nous disons depuis deux ans : votre gestion est dispendieuse et ne tient aucunement compte des contraintes que supportent les habitants du pays en général et les habitants de Rillieux-la-Pape en particulier (revenus plus modestes, taux de chômage beaucoup plus élevé…).

Nous proposons de supprimer cette diminution des abattements et donc de les maintenir en l’état.

En effet votre proposition d’augmentation est calculée sur la valeur locative moyenne des logements et non sur la valeur locative réelle de chaque logement, ce qui revient à appliquer la même augmentation quel que soit le logement.

En conséquence,

  • pour celui qui occupe un logement dont la valeur locative correspond à cette valeur moyenne ce sera une augmentation de l’ordre de 5%.
  •  Pour celui qui occupe un logement modeste  – valeur locative de l’ordre de 1 600-  son augmentation sera de l’ordre de 14 %.
  • Par contre pour celui qui a une grande maison individuelle dont la valeur locative est de 11 000 l’augmentation ne dépassera pas 2 % !

Si vous rejetez notre demande et décidez malgré tout d’augmenter les impôts, nous demandons de choisir plutôt l’augmentation du taux en le faisant passer de 19,95 % à 20,94 %. C’est un choix plus juste car il s’appliquera alors au prorata des valeurs locatives.

Monsieur Vincendet, en plus de ne pas tenir vos engagements, vous décidez une mesure socialement injuste qui pénalise les catégories moyennes et modestes et qui privilégie les plus aisées.

Nous venons demandons d’y renoncer.