Archives pour la catégorie Tribune Politique

Notre Tribune de février 2017 : La Démocratie se batit sur le dialogue

LA DEMOCRATIE SE BATIT SUR LE DIALOGUE, PAS SUR L’INVECTIVE.

Déjà dans cette tribune, il nous est arrivé de noter que les espaces de discussion à Rillieux-la-Pape ont été cadenassés. Ce constat, nous le faisons encore alors même que les espaces d’expression sont multipliés, tout spécialement grâce au numérique. Les vœux du maire sont disponibles en ligne mais il est impossible de débattre avec lui lors du conseil municipal. Lors de réunions publiques, il est possible de s’exprimer mais toute divergence est tournée en ridicule. Un reportage de France 2 est l’occasion de multiples altercations masquant le fond du problème et les actions à mener. Le projet d’un fast-food tourne au pugilat via les réseaux sociaux et la presse, manquant de dignité et ne permettant pas d’apporter une réponse constructive.

Nous sommes dans l’opposition et bien sûr, il nous arrive de nous opposer. NOTRE ROLE EST DE FAIRE ENTENDRE SOUVENT UN POINT DE VUE DIFFERENT. Tout au long de nos interventions, nous nous efforçons d’informer, de critiquer, d’être force de proposition mais sans jamais nous départir de la politesse que la démocratie instaure entre les parties. EST-CE PARCE QUE NOUS SOMMES LES SEULS A NOUS PREOCCUPER DAVANTAGE DE LA VILLE QUE D’UNE CARRIERE POLITIQUE ?

Ce ne sont pas les postures, les effets de style et le manque de respect qui permettent de construire Demain pour notre commune.

Catherine Ravat et Jean Christophe Darne.

Retrouvez les autres tribunes des mois précédent en cliquant ici

Notre Tribune de Janvier 2017 : Rillieux-la-Pape, une ville Multiculturelle

RILLIEUX, VILLE MUTICULTURELLE ET FIERE DE L’ETRE !

RILLIEUX EST UNE VILLE MOSAÏQUE dont la diversité est la fierté. Il est vrai que Rillieux la Pape est née de la fusion de deux villages traditionnels. Ce qui les cimente, c’est la Ville Nouvelle. C’est dans la Ville Nouvelle qu’il y a le plus de logements sociaux. C’est aussi là que la diversité d’âge, d’origine et de statut social est la plus grande. C’est plus de 2/3 des rilliards qui habitent la Ville Nouvelle.

En n’associant Rillieux qu’à des thèmes sécuritaires, comme le port de caméra par les policiers municipaux et la généralisation de la vidéosurveillance, la majorité municipale stigmatise l’ensemble de notre commune. En tenant des propos qui dénigrent le logement social, LE MAIRE TERNIT L’IMAGE DE LA VILLE. Les événements d’envergure comme le marché de Noël, le forum des associations, le cinéma en plein air ne se font plus dans la Ville Nouvelle qui occupe pourtant une position centrale dans la commune. Reste la rénovation du centre-ville et des centres commerciaux, initiés par la précédente majorité et que la majorité municipale reprend à son compte.

Ces constats nous amènent à formuler des vœux. QUE 2017 SOIT UNE ANNEE PENDANT LAQUELLE C’EST LE VIVRE ENSEMBLE ET LA MIXITE QUI SOIENT PROMUS. SANS STIGMATISATION ET AVEC TOLERANCE AFIN QUE TOUS LES RILLIARDS PUISSENT CONTINUER D’ETRE FIERS D’UNE VILLE QUI LEUR RESSEMBLE, MUTICULTURELLE.

Catherine Ravat et Jean Christophe Darne.

Retrouvez les autres tribunes des mois précédent en cliquant ici

Maçons à vos truelles ! Tribune libre de Jacky Darne

jacky

Tribune Libre de Jacky Darne :

Maçons à vos truelles !

Ancien premier secrétaire de la fédération du Rhône du parti socialiste (et ancien maire de Rillieux-la-Pape, ancien député, ancien vice-président du Grand Lyon)

 

Chacun sait que François Mitterrand n’était pas communiste et qu’il y avait des ministres communistes au gouvernement.  Moins nombreux sans doute ceux qui se souviennent qu’au congrès d’Epinay, en 1971, les analyses étaient très divergentes entre ceux qui fondèrent le PS. Ce rappel seulement pour dire que, dans notre histoire récente, il y a aussi eu, à gauche,  bien des difficultés, bien des surprises mais aussi des solutions.

 

Aujourd’hui il est nécessaire de se garder d’approches qui conduisent à des impasses :

 

  1. Dire que finalement les divergences ne sont pas si grandes que cela, d’Emmanuel Macron à Jean-Luc Mélenchon, et que l’on peut trouver des accords électoraux, tant pour l’élection présidentielle que pour les législatives, c’est nier l’importance des différences d’analyses, faites par des personnes que l’on peut toutes considérer comme de bonne foi.
  2. Dire que parce que les différences sont réelles les « gauches », ou ceux qui voient autrement les clivages (Macron), sont irréconciliables, qu’il n’y a rien d’autre à faire que de construire des chapelles distinctes. Cette posture conduit tout droit à la quasi disparition de tous, tant la division extrême est perdante. Elle ouvre un boulevard à ceux qui veulent transformer notre société soit en un marché soit en une citadelle.
  3. Penser que le principal c’est de sauver les partis et les structures existantes afin de garder des sièges aux législatives, parce que l’on pense qu’ensuite la droite sera à son tour impopulaire, et qu’alors le retour au pouvoir sera possible, c’est la négation même de la politique. C’est agir pour des places.

 

Il convient ensuite de vérifier si l’on est d’accord sur trois analyses de l’évolution politique du pays et des rapports de force :

  1. La droite, l’extrême droite et le populisme, dans un contexte de crise mondiale (économique culturelle, démocratique) voient l’audience de leurs valeurs progresser dans les opinions françaises, européennes, mondiales (Pologne, États-Unis, Autriche, des exemples parmi tant d’autres).
  2. Le pouvoir est diffus ; personne ne croit que le respect des promesses du maire comme celles du président de la république française ne dépendent que de leurs propres décisions. Le poids des très grosses entreprises, du système financier, des entités supranationales (Europe, accords internationaux) fait que, sur bien des points, nous subissons. Nous gardons des marges de manœuvre mais il faut dire lesquelles et comment elles sont mises en œuvre.
  3. Le besoin de changement est constant car l’évolution des  techniques, des relations, des pensées et des comportements font qu’en permanence il faut adapter les organisations et les modes d’action. Or nos partis ont un fonctionnement qui est à peu près le même depuis 50 ans. Le décalage entre les réponses de ces organisations politiques et l’attente des gens croît.

 

Quelles réponses ?

  1. D’abord avoir une posture respectueuse de tous et attentive, n’injurier ou ne cataloguer personne. Cela permet de ne pas minimiser les divergences d’analyse mais ouvre un espace possible de négociations pour trouver des compromis de gestion.  De l’entreprise aux familles, il ne manque pas de lieux où les oppositions sont parfois fortes mais  où des d’accords, résultant de négociations, évitent    l’échec.  Un compromis ce n’est ni manger son chapeau, personne n’a à renoncer à ses idées, ni imposer ses vues à tous.  En 1945 (le Conseil National de la Résistance réunit syndicats et partis allant du parti communiste aux démocrates populaires) comme en 1981 (programme commun d’abord puis gouvernement très pluriel)  ce fut cela.
  2. Laissons passer les primaires organisées par le Parti socialiste, elles sont enclenchées et permettront de clarifier certaines analyses et propositions,. Dès celles-ci  terminées, engageons simultanément au niveau local (départemental par exemple) et au niveau national un échange avec toute les forces sociales qui l’acceptent (partis politiques -anciens ou nouveaux- , organisations syndicales, associations…). Un débat est nécessaire  non pour gérer les  échéances électorales mais faire vivre autrement l’espace public avec les citoyens. Ils ne peuvent  être seulement spectateurs d’une vaine agitation politique.

Notre Tribune de Décembre 2016

BILAN DES CONSEILS CITOYENS : TOUJOURS PAS DE GOUVERNANCE PARTAGEE.

Il y a 8 mois, les Conseils Citoyens ont été créé à Rillieux. Ces conseils proviennent d’une obligation légale dans le cadre de la Politique de la Ville. Les Conseils Citoyens étaient l’occasion de dynamiser la participation des habitants et de mettre la Démocratie Participative au service de notre commune.

Les Conseils Citoyens ont rendu public leur conclusion lors du Conseil Municipal du 16 novembre 2016.

Quel bilan en tirer ?

Leur fonctionnement d’abord : Aucune information alors que, tout autant que leurs conclusions, c’est leur fonctionnement qui est important. En effet, le nombre de participants, la régularité des sessions, l’assiduité des membres, donnent du poids et de la légitimité aux propositions. UN BILAN INCOMPLET.

Les résultats : les Conseils Citoyens ont travaillé sur 3 sujets. Au final, des propositions concrètes, intéressantes. Exemple : des améliorations pour le fléchage des pistes cyclables, l’ouverture d’un passage entre les commerces : Les Boucheries André et la Halle. Nous sommes quand même obligés de constater que leurs travaux restent à l’échelle de la vie quotidienne. Ces Conseils n’ont pas été impliqués dans les projets de rénovation de la commune, pourtant nombreux et d’envergure. FINALEMENT LA DEMOCRATIE PARTICIPATIVE RATE SON DEPART.

Toujours pas de co-construction des projets, LES HABITANTS TOUJOURS PAS ASSOCIES au développement de notre ville. Le maire a conservé la lettre de ces conseils mais Monsieur VINCENDET EN A CONFISQUE L’ESPRIT.

Catherine Ravat et Jean Christophe Darne.

Retrouvez les autres tribunes des mois précédent en cliquant ici

Rillieux-La-Pape mérite bien un mandat complet !

L’élection présidentielle n’est qu’un horizon mais Alexandre Vincendet a déjà déclaré sa candidature pour être député de la 7ème circonscription du Rhône. La loi limite le cumul des mandats : s’il est élu, Alexandre Vincendet ne pourra pas être à la fois maire et député. Au vu de la démarche qu’il adopte, il est logique de penser qu’IL DEVRA DONC DEMISSIONNER DE SA FONCTION DE MAIRE.

Il veut donc nous faire croire qu’il a fait le tour de la fonction de maire en moins de 3 ans.

Nous pensons plutôt que c’est un homme pressé, plus soucieux de faire une carrière en politique que d’exercer un mandat au service des habitants. Rillieux-la-Pape semble être pour lui plus un marchepied qu’une responsabilité politique au sens noble du terme. Il aura donc mis à profit notre ville pour sa propre promotion, plus soucieux de lui-même que de ces électeurs. On comprend ainsi mieux qu’il prenne à la légère les questions de gestion de la commune et le bien-être des habitants. VINCENDET N’HABITE PAS DEPUIS LONGTEMPS NOTRE COMMUNE ET BIENTOT IL SERA REPARTI.

Enfin, cette candidature est en pleine contradiction avec les propos qu’il a régulièrement tenu depuis 2014, insistant sur le fait que notre ville avait besoin d’un maire à temps plein. Il n’est pas capable de respecter un mandat de 6 ans. Cette attitude discrédite la politique.

Rillieux-la-Pape mérite un engagement plus sincère. Ne mélangeons pas politique et carrière.

Jean-Christophe Darne et Catherine Ravat.

Notre Tribune de novembre 2016

GENEROSITE ET SOLIDARITE SONT-ELLES DES VALEURS DE DROITE ?

Dans le but de démanteler la jungle de Calais, le gouvernement demande aux régions de répartir sur leur territoire des migrants.

Pour la région Auvergne Rhône Alpes, qui compte près de huit millions d’habitants, il faudrait répartir dans plusieurs centres d’hébergement, existants ou à créer, sur différents territoires, 1 800 migrants. Laurent Wauquiez, Président de la région s’oppose.

Les migrants dont il est question, sont des êtres humains qui ont dû quitter famille et pays, subir des violences et faire face à la mort.

ACCUEILLIR CES MIGRANTS SERAIT DONC FAIRE PREUVE DE GENEROSITE. Ils sont déjà en France, à vivre dans des conditions indignes. En aucun cas cela ne représente le risque d’encourager d’autres arrivées, car ce qui motive les arrivées de migrants ce n’est pas les conditions d’accueil mais la fuite de la guerre…

ACCUEILLIR CES MIGRANTS SERAIT AUSSI FAIRE PREUVE DE SOLIDARITE ENTRE TERRITOIRES FRANÇAIS. La région des « Hauts de France » ne peut à elle seule tout prendre en charge.

La France a toujours été une terre d’asile à grande et petite échelle. Rillieux-la-Pape a accueilli des migrants espagnols, hmong, libanais …qui eux, aussi fuyaient la guerre.

Alexandre Vincendet qui communique beaucoup ne s’est pas exprimé. Est-ce parce qu’il appartient au même parti politique ? Ou parque qu’il partage ce point de vue ?

Décidément NON. : GENEROSITE ET LA SOLIDARITE NE SONT PAS, actuellement, des valeurs de droite.

Catherine Ravat et Jean Christophe Darne.

Retrouvez les autres tribunes des mois précédent en cliquant ici

Notre Tribune d’Octobre 2016

ALERTE : les services aux Rillards diminuent !

Alors que la communication de la nouvelle équipe municipale se concentre sur les constructions, les services pour les Rillards diminuent ou manquent de cohérence.

Pour preuve, la ligne C5 s’arrête maintenant à Cordelier, alors que le terminus était historiquement situé à Bellecour. Ce raccourcissement de ligne désavantage les usagers qui devaient prendre une correspondance : par exemple pour aller à Sainte Foy le temps de trajet est augmenté d’un tiers. Le maire est resté indifférent à ce changement initié par le SYTRAL.

La poste de Crépieux a fermé tout l’été. Ce service de proximité n’était donc plus disponible. Même le distributeur était alimenté de manière aléatoire. La population de ce quartier a été pénalisée.

Ces derniers mois, des commerces emblématiques de la commune ont disparu ; la parfumerie du Bottet, la pâtisserie des Verchères, le supermarché du centre Europe, etc… Dans le même temps une nouvelle boulangerie s’est ouverte au rond-point Charles de Gaulle alors qu’il en existe déjà beaucoup à proximité et dans la commune.

La municipalité n’insuffle aucune dynamique commerciale.

Les restructurations des bâtis doivent s’accompagner d’actions pour le maintien d’une offre diversifiée de services aux habitants, sous peine de faire de Rillieux-la-Pape une ville dortoir.

Pour Alexandre Vincendet, il est plus facile de céder aux sirènes du paraître que d’agir au service de TOUS.

Catherine Ravat et Jean Christophe Darne.

Retrouvez les autres tribunes des mois précédent en cliquant ici

Notre Tribune de Septembre 2016

L’excellence olympique se cultive à Rillieux.

Aux jeux olympiques de Rio, une athlète rillarde a concouru. Il s’agit de Manon Brunet, demi-finaliste au sabre qui a fait ses premiers pas d’escrime au club du CLAIR. On mesure alors l’importance des associations locales capables de développer les talents des habitants.

Manon Brunet n’est pas la seule sportive de la commune à atteindre un très haut niveau. Hacine Cherifi avait été champion du monde de boxe WBC en 1998. Cet été, Hacine Cherifi a été décoré de la légion d’honneur. D’un comportement exemplaire ; il continue d’œuvrer auprès des jeunes et d’être actifs au sein d’associations.

Les associations à Rillieux ont toujours été une force pour notre commune, elles se sont développées en même temps que la ville et ont été soutenues par toutes les municipalités, de droite comme de gauche. Elles sont le ciment d’une cohésion sociale, le terreau de l’excellence souvent. Administrées par des habitants, répondant à des besoins comme à des envies, les associations sont d’utilité publique.

Alors pourquoi rogner leurs subventions ? Et surtout pourquoi assujettir leurs subventions au soutien qu’elles apportent au maire ? C’est pourtant ce que font le maire et son équipe !

En réduisant son soutien aux associations, en limitant leur liberté d’action, c’est toute la commune que Monsieur Vincendet appauvrit… à son profit. Ce comportement politique n’est pas digne ni acceptable. Nous le dénonçons.

Catherine Ravat et Jean Christophe Darne.

Retrouvez les autres tribunes des mois précédent en cliquant ici

Notre Tribune de Juillet 2016

IMPOSSIBLE DIALOGUE !

Depuis deux ans, chacun constate que le débat est impossible avec Monsieur Vincendet.

Les réunions de bilan de mandat qu’il organise ne font déplacer que très peu de monde sauf à Rillieux Village où les habitants sont venus nombreux protester contre les problèmes de circulation et l’urbanisation.

Même la réunion sur la rénovation du quartier du Bottet n’a fait déplacer que quelques habitants alors qu’ils sont des centaines à être concernés !

Est-ce à dire que personne n’a plus rien à dire à Rillieux-la-Pape ? Les habitants seraient devenus muets ? Béats devant la gestion de la municipalité ?

NON ! Par exemple, l’Assemblée Générale du Centre Social a réuni plus de cent personnes. Les derniers lieux d’expressions qui restent, sont les collectifs citoyens et les associations.

Ces différences s’expliquent par l’incapacité qu’a le maire de construire avec les habitants. Il ne sait qu’imposer ce qu’il a décidé par avance, en dehors de toute concertation. Ce fonctionnement autocratique décourage la participation et rend toute tentative de débat vaine.

Cela va à contre-courant des Conseils Citoyens, pour lesquels, Hélène Geoffroy, Secrétaire d’Etat à la Ville, vient d’allouer 7 millions d’euros.

Les affaires de la cité concernent tous les habitants et les échanges doivent être possibles. Il s’agit de construire AVEC les habitants, ni CONTRE, ni A LA PLACE. Monsieur Vincendet saura-t-il être à l’écoute de ses administrés ? C’est mal parti !

Catherine Ravat et Jean Christophe Darne.

Retrouvez les autres tribunes des mois précédent en cliquant ici

Notre Tribune de Juin 2016

OUI, AU NOUVEL ESPACE CULTUREL… MAIS AU SERVICE DU VIVRE ENSEMBLE !

Au dernier conseil municipal, nous avons voté favorablement au développement d’un nouvel espace culturel qui s’appuiera sur la réhabilitation de l’espace Baudelaire.

Ce vote est un vote cohérent, car c’est l’aboutissement d’UNE INITIATIVE DONT NOUS ETIONS A L’ORIGINE. Nous avions déjà anticipé qu’il fallait développer un centre qui permette d’accueillir les nouveaux besoins et pratiques culturels. La médiathèque ne doit pas seulement être un site où sont localisés les livres et autres médias. Ce doit être un lieu qui permet de les utiliser et de les partager entre usagers. Cela implique des espaces variés pour consulter, travailler, échanger et débattre sous peine de voir l’usage de ce lieu s’enfermer dans une routine qui n’inclue pas les nouvelles générations et tous les publics.

Oui, nous sommes pour.

MAIS CE N’EST PAS UN BLANC-SEING QUE NOUS DONNONS AU MAIRE. En effet si ce projet est important, reste à faire vivre la culture. Nous serons vigilants quant au maintien des actions de promotion de cette dernière au travers du soutien aux associations. Nous déplorons la suppression de l’initiation au théâtre intervenue dès cette année pour cause d’arrêt de financement.

A quoi servirait un beau bâtiment incapable d’inclure toutes les générations et populations qui font la diversité de Rillieux. LA CULTURE C’EST D’ABORD UNE EXPERIENCE A VIVRE ET A PARTAGER ENSEMBLE !

Catherine Ravat et Jean Christophe Darne.

Retrouvez les autres tribunes des mois précédent en cliquant ici