Archives pour la catégorie Démocratie Participative

Diversité Culturelle et Religieuse. Quelle Ethique pour l’Entreprise ?

Débats…Débats…..Débats…

 

Il m’a semblé intéressant de vous rendre compte d’une conférence organisée par Perica et donnée par Patrick Banon, sur le thème :

    LES ENJEUX ACTUELS DE LA DIVERSITE CULTURELLE ET RELIGIEUSE. QUELLE ETHIQUE POUR L’ENTREPRISE ?

 

Si, pendant des siècles, la France, ainsi que la majorité des pays, a été dominée par une religion contribuant à l’organisation de la société, la situation actuelle est totalement différente : la France compte aujourd’hui 350 religions dans le contexte actuel de mondialisation. Comment accompagner ces différences, d’autant que l’on observe une vraie vitalité, voire une radicalisation de la pratique religieuse ? Pour exemple, 28 % des Musulmans sont très traditionalistes, et la majorité d’entre eux sont des jeunes de moins de 20 ans.

L’école d’abord, puis les hôpitaux ont été depuis quelques années confrontés à la montée de revendications culturelles ou religieuses. C’est aujourd’hui le tour de l’entreprise. Si la question a été longtemps évitée, elle est maintenant difficilement évitable : 25 % des DRH (Directeurs des Ressources Humaines) ou des dirigeants d’entreprises sont aujourd’hui confrontés à des questions religieuses. Alors quelle attitude adopter, quelles réponses apporter ?

A première vue, la situation de la France, unique dans le monde, est simple : la France est depuis 1905 un pays laïc où l’Etat ne reconnait ni n’interdit les religions, où seuls l’Etat et le service public sont astreints à la stricte neutralité, où chacun peut afficher ses opinions politiques, religieuses ou autres en totale liberté, que ce soit dans l’entreprise ou ailleurs, dans la mesure où cela ne porte pas atteinte à l’ordre public. En France, c’est le principe d’égalité qui domine, alors que dans les pays anglo-saxons l’essentiel est la liberté. Ainsi, en Grande Bretagne, l’épineux problème à l’université des Sikhs avec leur turban et leur poignard a fait l’objet…. d’une dérogation pour eux ; ainsi le mariage forcé n’y a été interdit qu’en…. 2015 !

La situation française apparait donc simple puisque la loi dit ce qu’il ne faut pas faire. Ainsi, en dehors du service public, on ne peut avoir dans aucun règlement une interdiction ou une diminution de la religion : par exemple, concernant la question du voile, on ne peut en inscrire l’interdiction… sauf pour des questions d’hygiène… mais il faut que cela soit motivé. Alors, que faut-il faire face à la montée des revendications ??

Une partie de l’opinion publique a voulu durcir le ton et la loi… Ainsi, la Loi Travail qui vient d’être votée apporte sur cette question une réponse très controversée, en introduisant la neutralité religieuse dans l’entreprise. Il y a là un pas dangereux et possiblement contraire à ce que disent notre Constitution et La Convention Européenne Des Droits De L’Homme sur les libertés. Est-il sage d’introduire dans les règlements des entreprises ces dispositions, très floues au demeurant, «imposant» la neutralité religieuse ? Faut-il vraiment une loi ?…

Mais la question est toujours là, qui demande réponse… Faut-il d’abord interroger les religions ? Non ! Parce que les religions ne parlent pas, ce sont les hommes qui parlent ; ainsi, rien dans le Coran sur la question du voile, et c’est l’apôtre Paul à Corinthe qui demande aux femmes de porter le voile…. Il faut donc interroger des critères légaux : l’acceptation de la demande culturelle ou religieuse remettra-t-elle en question la sécurité ? Les règles d’hygiène, de santé ? La liberté d’autrui ? Les conditions d’inscription, de participation ? L’organisation de l’activité ? Le droit commun ?… Les textes actuels sont largement suffisants pour permettre les restrictions inhérentes à la nature de la tâche à accomplir sans contrevenir aux libertés fondamentales.

Les entreprises sont et seront donc confrontées à la montée des demandes culturelles ou religieuses, c’est là une situation incontournable. La loi de 1905 pose le cadre juridique, elle ne doit pas être le prétexte à une conception belliqueuse de la laïcité, mais bien plutôt être une invitation au débat, dans le respect des valeurs de liberté, de fraternité qui fondent notre vivre ensemble, en France… et à Rillieux !

Catherine Lasserre

Café-débat le 25 avril 2016 : Après la Cop 21, Comment relever le défi à Rillieux-la-Pape ?

 

Notre association continue ses activités sur la commune.

Au mois de mars nous avons été mobilisé par les nombreux dossiers du Conseil Municipal dont le vote du budget. Vous trouverez sur notre site des documents qui s’y rapportent et les principales interventions de nos élus en cliquant ici.

Pour le mois d’avril, nous vous proposons de prendre de la hauteur, sans quitter Rillieux-la-Pape et  nous vous invitons à un café-débat le lundi 25 avril à 20 heures à l’ancienne Chaufferie des Alagniers (rue le notre).

Quelques mois après la COP 21, nous échangerons autour la question suivante :

Comment la ville de Rillieux-la-Pape et ses habitants relèveront-ils les défis du XXIème siècle ?

 

Deux personnalités seront présentes :

–          Bruno Charles, Vice-Président de la Métropole de Lyon en charge du Développement Durable et de l’Agriculture

–          Guillaume Durin, Universitaire et animateur d’Alternatiba

 

Nous aurons ainsi une triple vision du sujet : théorique, concrète et citoyenne.

Nous vous attendons nombreux,

Bien amicalement.

Les membres du bureau :

Naouar Abdelhai, Jean-Christophe Darne, Catherine Ravat, Nicolas Appell, Catherine Lasserre, Madeleine Devienne, Robert Gillouin, Sauveur Mirailles

Pour diffuser largement cette invitation, vous pouvez télécharger le tract en cliquant ici

La Quinzaine du Vivre Ensemble à Rillieux-la-Pape

Le collectif du vivre ensemble vous invite à participer à la quinzaine du Vivre Ensemble à Rillieux-la-Pape.

C’est une initiative citoyenne portée par les centres sociaux de Rillieux, ce sont plus de 40 associations socioculturelles de notre ville qui soutiennent ce Collectif.

Tout le programme sur ce lien :

http://www.csxrillieux.asso.fr/index.php?option=com_content&view=category&layout=blog&id=79&Itemid=440&lang=fr

Merci de transmettre à vos contacts et réseaux. ..

Quinzaine du vivre ensemble

ELECTIONS REGIONALES : ALEXANDRE VINCENDET CONTRE UN DEBAT !

Communiqué RER elections Régionales. Les élections régionales se tiendront les 6 et 13 décembre prochain.

A Rillieux-la-Pape, aucune des 10 listes présentes n’a annoncé et préparé à ce jour de réunion publique. Pour permettre aux habitants de la commune de s’INFORMER, de COMPRENDRE les ENJEUX, de DEBATTRE et COMPARER les programmes de ces élections, notre association citoyenne REUSSIR ENSEMBLE RILLIEUX-LA-PAPE a proposé d’organiser une soirée avec un représentant de chaque liste. Un journaliste indépendant a accepté d’animer cette soirée.

Comme il se doit, RER a demandé la réservation d’une salle à la mairie. Bien que la Salle des Fêtes soit disponible à la date envisagée, le Maire Alexandre Vincendet n’a pas donné suite à notre demande malgré de nombreuses relances.

Alors que les Français expriment de la défiance face aux politiques, alors que la démocratie est menacée par le terrorisme, cette décision est un rejet à faire vivre le débat civique. Cette attitude est regrettable et incorrecte. Elle pénalise toute la population. Elle rétrécit le fondement de notre démocratie. Elle s’oppose au bon sens et à la liberté d’expression.

Nous ne partageons vraiment pas, avec Monsieur Vincendet, la même conception de la démocratie.

Des «conseils citoyens» à …. Un «Conseil citoyen» de Rillieux-la-Pape.

La loi de programmation pour la ville et la cohésion sociale, du 24 février 2014, n’a pas  « fait le buzz » espéré et pourtant, elle le méritait bien !

En créant dans tous les quartiers prioritaires de la politique de la ville (une grosse centaine de villes concernées dont Rillieux) des conseils citoyens, elle propose une offre particulièrement poussée de démocratie participative. Ces conseils citoyens, totalement autonomes, peuvent en effet  décider librement de leur organisation, de leur fonctionnement, des sujets étudiés quels qu’ils soient .Ils participent en outre, à l’élaboration, au suivi, à l’évaluation des contrats de ville. Enfin, ces conseils citoyens ,soucieux d’impliquer le plus possible d’habitants, en particulier, les femmes et les jeunes, disposent de locaux, de moyens financiers, de formations, de temps, et peuvent, s’ils le désirent, élaborer et conduire des projets locaux…

Bref, un exemple remarquable de Démocratie Participative allant jusqu’à la co-construction et permettant aux habitants d’être des citoyens  pleinement actifs dans leur quartier.

Alors, à Rillieux-la-Pape, comment cette loi allait-elle se décliner ?

La ville dispose en effet de plusieurs quartiers  prioritaires  dans la ville nouvelle et a, depuis nombre d’années, une tradition solide de Démocratie Participative. Avec ses comités consultatifs et ses 9 comités de quartier ,Rillieux n’a cessé  de renforcer et d’améliorer cette démarche, les résultats construits avec les habitants en témoignent: ainsi à Vancia, l’aménagement du Champ du Roy et le sentier botanique; à Rillieux-Village, un plan de circulation, l’arboretum du parc Brosset, la construction de l’école et du gymnase ,en partenariat avec la Roue ; à Crépieux, participation à l’étude sur le réaménagement de la Place Canellas ; à la Velette, aménagement du Parc des Horizons….. Créations d’aires de jeux, de fêtes de quartier…on pourrait multiplier les exemples de cette fructueuse implication des comités de  quartier.

Or, très vite, depuis le printemps 2014,les comités de quartier et  la majorité des comités consultatifs ont disparu sans rien pour les remplacer. C’est dire notre attente et notre impatience! Nous avons  donc attendu longtemps … mais enfin la nouvelle est tombée: Le Conseil Municipal du 24 septembre 2015 l’a voté : il y aura à Rillieux …UN Conseil Citoyen !! Un ??

la loi ne prévoit-elle pas un conseil  par quartier prioritaire? Mais ne nous fâchons pas si vite , Ecoutons la suite ! «un Conseil Citoyen étendu à la totalité du territoire, inaugurant un dispositif  expérimental  permettant  de renouveler le mode de consultation des habitants par la création de  Focus groupes » …

C’est vrai que ce terme fait moderne, dynamique, moins classique ou ringard ( ?) que nos anciens comités… ! Ces focus groupes  rassemblant  12 personnes au maximum, volontaires ou tirées au sort,…. Tiens, pourquoi 12 seulement? Combien en faudra-t-il pour retrouver les 300 personnes au moins assistant  aux comités de quartier ?

Ces focus groupes donc, seront des « groupes thématiques débattant d’un seul  sujet », la liste des sujets ainsi soumis à débat, ayant été au préalable choisie et hiérarchisée  par un comité de sélection dans  lequel la Municipalité  interviendra. Les Focus Groupes débattront donc, feront éventuellement des propositions concrètes ,et seront ensuite….dissous.

Les habitants seront-ils alors invités à participer au suivi, à la construction  de leurs propositions ?…

NON ! La chose est claire, ces Focus Groupes sont purement «consultatifs»

Une démarche  consultative, confiée à des Focus Groupes éphémères, privés de tout regard sur la suite de leurs  réflexions, elles-mêmes bien encadrées ……

Où est donc l’esprit de la loi de février 2014?

Non, décidément, cela ne saurait convenir: Rillieux mérite mieux !

 

 

 

 

 

 

 

Notre Tribune de Novembre 2015

conseil

 

DEMOCRATIE. POUR QUI ?

 

Conformément à la loi, Alexandre Vincendet a annoncé, la création de Conseil Citoyen.

Considère-t-il vraiment les Conseils Citoyens comme des lieux de démocratie ?

Les Conseils Citoyens sont des lieux de démocratie participative, qui permettent à tous de jouer un rôle actif dans la vie de la commune. Ce sont des espaces de débat, de consultation, de coconstruction de la politique de la ville. Ils ont un rôle d’aide à la décision qui revient aux élus qui constituent la démocratie représentative.

La démocratie participative n’empiète pas sur la démocratie représentative. Elle la complète et la bonifie. Les sujets abordés en Conseil Municipal sont eux imposés et privés de toute expression libre et spontanée.

Tels que prévus, les Conseils Citoyens restreignent la participation des habitants et les thématiques abordées sans refléter la diversité de notre commune.

Pas sûr que seules les dispositions réglementaires permettront de réduire la distance entre les citoyens et la politique si tout est corseté et sous contrôle !

Dans le cadre voté par le Conseil Municipal, les Conseils Citoyens constituent une occasion ratée pour rapprocher les citoyens de la politique et les élus des habitants.

Jean Christophe Darne et Catherine Ravat.

Retrouvez les autres tribunes des mois précédent en cliquant ici