Tous les articles par Equipe de rédaction

Nous Aussi c’est la Région avec Jean-jack Queyranne

Parce que Jean-jack Queyranne, le président sortant a déjà fait beaucoup pour notre région et parce qu’il a un projet humanisme, réaliste et dynamique pour Auvergne Rhône-Alpes, le bureau de notre association appelle chacun et chacune à voter et faire voter pour sa liste, dimanche prochain.

Plus que jamais cette liste de rassemblement des forces de Gauche, du Centre et de l’Ecologie doit l’emporter face à Mr Wauqiez et ses idées de la Droite Extrême. Le scrutin sera serré, chaque voix comptera, aucune ne doit manquer ! Nous comptons sur vous.

pour queyranne

Retrouvez le discours du président de la Région lors de son meeting du 9 décembre 2015 en cliquant ici

Queyranne 2015

Parce que c’est un beau projet que lui et son équipe nous proposent, nous vous invitons à le découvrir en cliquant ici

logo-queyranne-20151

En 1 minute, une vidéo qui explique l’enjeu de cette élection :

 

La Tribune de Décembre 2015 de l’ensemble du conseil municipal de Rillieux-la-Pape

drapeauEn temps ordinaire, ces colonnes sont l’expression libre de groupes qui souvent s’opposent sur des sujets de politique municipale ou nationale.

Nous pouvons le faire car la loi nous y autorise et parce que les électeurs en ont décidé ainsi démocratiquement.

Ce vendredi 13 novembre, notre République a été attaquée par des fanatiques qui ont tué des personnes prises au hasard à Paris et en Seine Saint Denis.

Aujourd’hui, comme en janvier, nous avons une pensée forte pour les victimes et nous associons à la douleur des familles et des proches.

Face à cet état de guerre où la vigilance citoyenne est essentielle, nous voulons réaffirmer nos convictions en la démocratie, en la République et en ses valeurs.

Aujourd’hui nous croyons plus que jamais à ce qui fait la France et son idéal républicain : la liberté d’aller et de venir, la liberté de conscience et d’expression, l’égale dignité des citoyens, la solidarité. Le « vivre-ensemble » développé à Rillieux-la-Pape est imprégné de ces valeurs. Il doit perdurer et même se renforcer dans un esprit d’unité et d’adhésion républicaine.

Nous, membres du Conseil Municipal de Rillieux-la-Pape, devons plus que jamais nous attacher à promouvoir la Liberté, l’Egalité et la Fraternité. Nous devons revendiquer la Laïcité comme un principe d’unité qui rassemble les citoyens dans leur dimension universelle, l’humanité.

Nous croyons plus que jamais en l’Etat de droit mais nous sommes conscients que les autorités ne peuvent pas tout. Nous enjoignons donc nos concitoyens à être les premiers à défendre ces droits.

Vive la République,

Vive la France et ses valeurs !

Le conseil municipal de Rillieux-la-Pape.

Le 12 Novembre, un Conseil Municipal tranquille ? … à Rillieux-la-Pape

Photo CM28012015C’est presque la foule des grands jours, animée et bruyante avant  le coup d’envoi. Pourtant, rien de bien excitant dans un ordre du jour exceptionnellement court.

Tout devrait être terminé vers 20h30. Chic ! On pourra voir le match !

 

Débuts paisibles. A l’examen d’une décision modificative, Jean Christophe Darne note que les finances de la commune, en dépit de propos très alarmistes de Monsieur le Maire, ne vont pas si mal….. Le rapport d’activité de la ville de Rillieux constitue le premier point d’importance. Projeté sur grand écran, commenté avec vivacité par Monsieur Charvet, il se révèle intéressant, et très bien fait par les services. C’est là une première qui devrait être faite tous les 2 ans pour mieux communiquer avec les habitants. Si Jean Christophe Darne pointe d’un ton mesuré, quelques insuffisances et pose plusieurs questions, la prise de parole par Monsieur Gauquelin va être toute autre : avec le sourire, et en prenant son temps, l’ancien Maire feuillette et commente longuement le document, relevant ici des fautes d’orthographe, ou des approximations, là des erreurs plus graves comme l’augmentation excessive des effectifs de la police ou du nombre de caméras, demandant plus de générosité dans l’accueil des réfugiés…. Cependant que le Maire prépare avec une nervosité croissante sa réponse en sollicitant à plusieurs reprises ses collaborateurs… et la réponse fuse, courtoise face aux remarques  de Jean Christophe Darne, mais cinglante ensuite : à 15 reprises, l’ancien maire est accusé d’ignorer chiffres et dossiers, les 2 orateurs se coupent, parlent en même temps, le Maire parle de faire évacuer son contradicteur ouà tout le moins de le priver de parole… et dire que ce conseil devait être tranquille… !

Chacun reprend son souffle pour arriver au cœur du débat, à savoir le projet de Pacte Métropolitain. Pour la majorité de l’opposition, ce texte long et dense, cherche à établir dans la confiance les règles de gouvernance entre la Métropole et les communes  en évoquant partage des compétences, mutualisations des services et des achats etc… Un texte jugé équilibré et respectueux des communes. Pour le Maire, il en va tout  autrement : évoquant le droit donné aux communes de présenter une version différente du pacte, il propose ce soir un texte très amendé, rejetant la participation des habitants, invitant le Grand Lyon à écouter davantage les élus et refusant que les maires soient ainsi « corsetés » !!! Que de crainte, que de crainte… !

La fin du conseil arrive dans une étonnante bousculade : une élue de l’opposition quitte la salle  après avoir été fermement critiquée par le maire, la lecture du dernier rapport démarre à 200 à l’heure suscitant les protestations d’un spectateur qui se fait à son tour rudement rappeler à l’ordre…Et, c’est fini ! Chacun s’ébroue, un peu sonné. Il est… 21h30. Pour le match, c’est trop tard…. Vous avez dit « tranquille »… ?!

Rétablir la vérité sur le Projet Médicréa et la cantine au Collège Maria Casarès

medicreaRéactions suite à l’Intervention de notre jeune nouveau Maire sur le projet Médicréa et les problèmes de cantines pour les collégiens de la ville :

 

 

Voici ses propos lors du dernier conseil de la métropole :
« depuis 10 ans mes prédécesseurs par leur inaction et leur frilosité ont fait comprendre aux investisseurs que ce rond-point ne se ferait pas, qu’ils n’avaient qu’à le financer eux-mêmes. Médicréa avait donc identifié un terrain aux Etats-Unis et se préparait à quitter la France comme le font tant d’entreprises. Cette société ne se plaignait pas des charges ou des impôts, elle ne comprenait pas pourquoi, alors qu’elle consentait un investissement de plus de 15 millions d’euros, les collectivités locales, notamment l’ancien conseil général du Rhône, n’étaient pas capables de lui financer un rond-point.
Forcément les socialistes de la La Métropole de Lyon ne m’ont pas chaleureusement applaudi mais sans notre opiniâtreté, un fleuron des biotechnologies serait aujourd’hui aux Etats-Unis et pas à Rillieux-la-Pape. »

Et ensuite « Mon intervention sur la création d’une cantine à Maria Casarès en particulier et au sein de tous les collèges de La Métropole de Lyon en général n’a pas vraiment porté ses fruits. Je m’entretiendrai dans les jours qui viennent avec le nouveau principal: nous ne pouvons pas laisser nos collégiens dans une situation d’inégalité. Comment des parents à qui la Métropole augmente les Impôts en leur expliquant qu’elle va mieux gérer que le Conseil Général peuvent-ils comprendre que rien ne change et que leurs enfants collégiens sont moins égaux que les autres ? »

Voici mon commentaire :
Le projet Médicréa est un vieux projet que j’ai suivi tout au long de mon mandat. Les affirmations du maire relèvent de l’intox ou sinon, plus grave il ne connaît pas ce dossier…

Concernant le rond-point c’est à la demande du PDG, pour faciliter l’accès à son entreprise, que le Conseil Général de l’époque a accepté le principe de création. Il fallait trouver le financement non prévu dans la PPI du CG (pour rappel il fallait financer le Musée des Confluences à 310 millions d’euros et gérer les prêts toxiques de M. Mercier, président de DROITE du CG !!), Mr Sournac (PDG de Médicréa) a proposé de payer une partie des travaux, ce qui fut acté par une convention signée par les 3 parties (CG, Ville et Médicréa), de mémoire en 2010/2011. Ce projet a mis du temps à sortir de terre car il fallait que M. Sournac gère l’aspect social du regroupement de son entreprise (dont une partie de la production se trouve à Nantes et dans l’Ain) et le montage financier de l’opération (holding immobilière). Est venu ensuite le temps du permis de construire (2 dépôts, de mémoire) avec à chaque fois des discussions avec les riverains, la société et la ville pour limiter les nuisances visuelles et sonores. La concertation a fait évoluer le projet dans le bon sens. Durant ces rencontres, une présentation détaillée de l’entreprise a permis de mieux comprendre son fonctionnement : Production de prothèses vertébrales relevant de la nano-chirurgie dont le savoir-faire est en France et uniquement en France. La distribution se fait en Europe et aux Etats-Unis mais sans aucune production dans ce pays pour des raisons fiscales et de dépôt de brevets. Je peux donc affirmer haut et fort que l’entreprise Médicrea n’a jamais eu l’intention de délocaliser sa production aux Etats-Unis, cela n’est qu’affabulation, et bien au contraire le PDG voulait à tout prix réaliser le siège de son entreprise sur le site de Vancia à la fois car c’est une vitrine (visible de l’autoroute) au cœur de l’Europe et pour des raisons plus personnelles d’attachement au territoire de la Dombes dont Rillieux-la-Pape est une des portes d’entrée.

Concernant la cantine du collège Maria Casarès, il est en effet regrettable que le Conseil Général de l’époque n’ait pas voulu la maintenir dans le projet de rénovation. Là aussi les problèmes de gestion des finances du CG (Musée des Confluences au coût exorbitant et prêts toxiques) ont eu raison du bien-être des collégiens. La majorité de Droite, avec le soutien du Conseiller Général de notre Canton, a validé cette suppression malgré les interventions du Principal du collège et de son Conseil d’Administration (dont j’étais membre) pour s’élever contre cette décision. Il est facile aujourd’hui d’accabler la Métropole qui doit réparer les erreurs de gestion de l’ex-Conseil Général alors que la responsabilité incombe aux amis politiques de M. Vincendet.

Après ces précisions, je constate que les communicants de notre jeune nouveau Maire (dont le Spin Doctor qui tient la plume, personne n’est dupe) s’enfoncent de plus en plus dans les concepts de l’ex-Sarkozie : « Qu’importe la réalité, l’important est la perception qu’en ont les gens » … Les rilliards ne sont pas des lapins de 3 semaines et savent ce qu’a fait l’ancienne équipe malgré le discours ambiant voulant faire croire que la ville était En Péril et que Zorro est arrivé ! De qui se moque-t-on ?? Cela n’honore pas la fonction politique, où le mensonge ne devrait pas avoir le droit de cité, c’est bien dommage mais il paraît que c’est du Marketing Politique !!

Nicolas APPELL

2ème adjoint chargé de l’urbanisme et du cadre de vie,  conseiller communautaire du Grand Lyon et administrateur du Collège Maria-Casarès de 2008 à 2014.

Notre Tribune de Novembre 2015

conseil

 

DEMOCRATIE. POUR QUI ?

 

Conformément à la loi, Alexandre Vincendet a annoncé, la création de Conseil Citoyen.

Considère-t-il vraiment les Conseils Citoyens comme des lieux de démocratie ?

Les Conseils Citoyens sont des lieux de démocratie participative, qui permettent à tous de jouer un rôle actif dans la vie de la commune. Ce sont des espaces de débat, de consultation, de coconstruction de la politique de la ville. Ils ont un rôle d’aide à la décision qui revient aux élus qui constituent la démocratie représentative.

La démocratie participative n’empiète pas sur la démocratie représentative. Elle la complète et la bonifie. Les sujets abordés en Conseil Municipal sont eux imposés et privés de toute expression libre et spontanée.

Tels que prévus, les Conseils Citoyens restreignent la participation des habitants et les thématiques abordées sans refléter la diversité de notre commune.

Pas sûr que seules les dispositions réglementaires permettront de réduire la distance entre les citoyens et la politique si tout est corseté et sous contrôle !

Dans le cadre voté par le Conseil Municipal, les Conseils Citoyens constituent une occasion ratée pour rapprocher les citoyens de la politique et les élus des habitants.

Jean Christophe Darne et Catherine Ravat.

Retrouvez les autres tribunes des mois précédent en cliquant ici

Retour sur le conseil municipal du 24 septembre 2015

Nos élusIMPRESSIONS, IMPRESSIONS, IMPRESSIONS….

par Catherine Lasserre

(avec les liens en rose sur les interventions de nos élus).

 

Comme d’habitude, il y a beaucoup de monde, et pas assez de sièges. Le Conseil Municipal deviendrait-il « un must » de la saison rilliarde ?

Monsieur le Maire ouvre la séance avec une introduction très longue, émaillée de piques acides à l’adresse de l’opposition. On attend la possibilité d’une réponse, mais….

Le règlement ne prévoit pas de droit de réponse ! Ainsi, le ton est donné, les propos se font de plus en plus vifs et querelleurs avec l’ancien Maire qui, finalement, dans une belle cacophonie, se voit
interdit de parole ! Sanction inédite qui sera d’ailleurs levée quelques minutes plus tard.

Et si on en venait enfin aux questions sérieuses, car du Contrat Ville Métropolitain jusqu’aux pigeons qui prolifèrent allégrement, il y a matière à travailler, Avec 23 points à l’ordre du jour ! dont un sur la plan d’accessibilité des bâtiments communaux (lire l’intervention de Catherine Ravat)

Monsieur le Maire présente le Contrat Ville qui désormais, se déclinera à l’échelle de la Métropole. Jean Christophe Darne interroge sur la participation de la population et la place de Rillieux dans la prise de décisions (lire l’intervention).

De la même façon, le futur Plan Local d’Urbanisme et de l’Habitat, 2018-2028, se déclinera à l’échelle de la Métropole et devra répondre à de nombreux défis, économiques, environnementaux, sociaux….Tout en soutenant cette démarche nécessaire, Jean Christophe Darne, interpelle sur les priorités que la commune devra défendre et sur la nécessité d’organiser des débats avec la population (lire l’intervention).

Un Monsieur Tétard, passablement en forme, annonce les grands travaux prévus pour la modernisation de la médiathèque et la création de 3 salles de cinéma. Si cela ne peut que réjouir la
majorité d’entre nous, Catherine Ravat n’en rappelle pas moins que études et plans avaient été faits sous la direction de Jacky Darne, par la municipalité précédente (lire l’intervention).
Rendons à César…..

Enfin, un avant dernier rapport présente la création de « Conseils Citoyens ». « Enfin » peut-on entendre ! (lire l’intervention)
Longtemps attendus, ces Conseils Citoyens étendus désormais à toute la ville suscitent de nombreuses questions : Comment les citoyens seront-ils choisis ? Quelle sera la place des associations ? Comment se fera le choix des thématiques étudiées ? Ira t-on jusqu’à la co-construction ? A suivre donc, avec vigilance….

Et rendez-vous au prochain Conseil Municipal le 12 Novembre.

Notre Tribune d’Octobre 2015

Ecole de Vancia

ECOLE : LA MUNICIPALITE A LA HAUTEUR DES ENJEUX ?

 

 

L’école a pour mission d’élever le citoyen. Sans école, le citoyen d’une démocratie est à la merci de la première imposture venue. Elle doit permettre de faire des citoyens éclairés, qui votent en fonction du bien commun et non en fonction des privilèges à apporter à des communautés.

Et l’école doit préparer chaque citoyen à faire son devoir.
C’est un enjeu fort qui nous implique tous, enseignants, élèves, parents mais aussi tout responsable politique.
Le gouvernement actuel a fait voter une grande loi de refondation de l’école et s’est attaché à réformer le primaire et finalement le collège, reconnu comme maillon faible.

Cette réforme ne s’est pas faite sur le principe de l’économie comme les réformes mises en place par Monsieur Sarkozy. Les valeurs qui sous-tendent cette réforme, sont des valeurs d’égalité et de réussite des élèves. A Rillieux-la-Pape, elle a abouti au reclassement en REP de toutes les écoles de la Ville Nouvelle, de façon à ce qu’elles bénéficient d’organisation et de moyens adaptés à l’ampleur de la tâche dans notre ville où les difficultés sociales sont importantes.

La municipalité va-t-elle faire sa part ? Va-t-elle mettre en place ENFIN un véritable temps périscolaire pour faire des enfants, des citoyens éclairés et responsables, en lien avec les associations ? Un temps périscolaire pour TOUS les enfants. La municipalité actuelle donnera-t-elle les crédits pédagogiques nécessaires au bon fonctionnement des écoles publiques ?

Jean Christophe Darne et Catherine Ravat

Retrouvez les autres tribunes des mois précédent en cliquant ici