Café-débat le 25 avril 2016 : Après la Cop 21, Comment relever le défi à Rillieux-la-Pape ?

 

Notre association continue ses activités sur la commune.

Au mois de mars nous avons été mobilisé par les nombreux dossiers du Conseil Municipal dont le vote du budget. Vous trouverez sur notre site des documents qui s’y rapportent et les principales interventions de nos élus en cliquant ici.

Pour le mois d’avril, nous vous proposons de prendre de la hauteur, sans quitter Rillieux-la-Pape et  nous vous invitons à un café-débat le lundi 25 avril à 20 heures à l’ancienne Chaufferie des Alagniers (rue le notre).

Quelques mois après la COP 21, nous échangerons autour la question suivante :

Comment la ville de Rillieux-la-Pape et ses habitants relèveront-ils les défis du XXIème siècle ?

 

Deux personnalités seront présentes :

–          Bruno Charles, Vice-Président de la Métropole de Lyon en charge du Développement Durable et de l’Agriculture

–          Guillaume Durin, Universitaire et animateur d’Alternatiba

 

Nous aurons ainsi une triple vision du sujet : théorique, concrète et citoyenne.

Nous vous attendons nombreux,

Bien amicalement.

Les membres du bureau :

Naouar Abdelhai, Jean-Christophe Darne, Catherine Ravat, Nicolas Appell, Catherine Lasserre, Madeleine Devienne, Robert Gillouin, Sauveur Mirailles

Pour diffuser largement cette invitation, vous pouvez télécharger le tract en cliquant ici

Retour sur le Conseil municipal du 24 mars 2016

Impressions, impressions… sur la séance du Conseil Municipal du 24 mars 2016

Ce soir, le conseil municipal sera plus serein ! Comment pourrait-il en être autrement ? D’abord par la masse imposante de rapports présentés (plus de 185 pages !), par la présence nouvelle enfin, d’un député et de son attaché parlementaire dans les rangs de l’opposition. Las ! Nous allons vite déchanter ! D’entrée de jeu, dans une introduction très longue, Monsieur le Maire commence à distribuer ses piques, en direction de Marc Cachard en priorité, et tout au long de cette séance si longue, des propos acides ponctueront les débats en dépit des invites au calme, à la sérénité du nouveau député et des réponses plus mesurées de Marc Cachard. Décidément, les choses ne changent guère, et il n’y a pas lieu de s’en réjouir…

 

De ce conseil si long, que faut-il retenir ?

Un long débat d’abord sur les finances et sur -la hausse de la taxe d’habitation qui a fait le buzz dans les journaux… « Elle est modeste, prétend le maire, et se veut d’abord une mesure de solidarité permettant d’alléger cet impôt pour les 3000 personnes Handicapées de la commune. Et puis, cela va compenser aussi la baisse si forte des dotations de l’état… » C’est avec fermeté que Jean-Christophe intervient alors, pour rappeler les engagements du Maire à ne jamais augmenter les impôts; il évoque la situation financière relativement favorable de la commune, qui grâce à une forte Dotation de Solidarité Urbaine, a des recettes à peu prés constantes. Il dénonce avec vigueur la baisse très sensible (-4,8%) des subventions aux associations dont nul n’ignore pourtant le rôle essentiel et – pointe du doigt des investissements trop lourds augmentant l’endettement de la ville : il souligne enfin le côté excessif de certaines dépenses, dans le champ de la sécurité (recrutement de nouveaux policiers, extension du système de vidéo-protection pour 800.000 euros..,) Même si les résultats sont positifs, il faut savoir raison garder ! (retrouver l’intervention de Jean-christophe en cliquant ici)

A plusieurs reprises, d’importants travaux d’urbanisme sont évoqués : création de cœurs de quartiers, Place Canellas, à Vancia, aération importante du quartier des Alagniers …. Tout cela est bel et bon, mais demande Catherine Ravat avec insistance, cela se fait-il dans la concertation avec les habitants ? Une vraie concertation, qui ne se limite pas à une simple information…. (retrouver l’intervention de Catherine en cliquant ici)

 

La crèche de la Roue, qui devait être remplacée par des locaux neufs construits rue du capitaine Julien r, sera finalement réhabilitée et agrandie pour augmenter sa capacité d’accueil… Catherine Ravat ne décolère pas, devant ce brusque changement : les locaux de la Roue sont anciens, trop exigus, incapables de faire face à une demande accrue… Pourquoi les rénover ? La PMI (Protection Maternelle Infantile) a-t-elle donné son agrément? Ne peut-on surseoir à cette décision ?… (retrouver l’intervention de Catherine en cliquant ici).

Catherine Ravat interviendra également pour dénoncer les incohérences de l’équipe municipale qui veut renforcer les politiques liées à la Solidaritié mais diminue dans le même temps le budget en faveur de ces actions de plus de 8 % !! Allez comprendre !! ((retrouver l’intervention de Catherine en cliquant ici)

 

Les derniers rapports sont lus, expédiés plutôt, car le temps pèse, l’auditoire s’agite et s’éclaircit, quand soudain, Madame Bouvier dénonce avec vigueur la façon dont se prépare le Carnaval :tout y est imposé, sans concertation aucune , etc… Est-ce la guerre qui reprend ? Si la réponse du Maire est d’abord sèche, il pose ensuite La bonne question : «avez-vous assisté à ces réunions ? » «Non… » Eclat de rire général ! et chacun se lève, soulagé et… moulu.

Il est minuit… !

Notre Tribune d’Avril 2016

atsem

Des policiers municipaux plus nombreux mais DES ECOLES SANS ATSEM !

 

 

Dans la tribune de mars 2016, la majorité municipale se félicitait des bons résultats en matière de sécurité et annonçait sa volonté de continuer d’embaucher des policiers municipaux.

Mais qu’en est-il des ATSEM ? Ces agents affectés dans les écoles maternelles ont un rôle important dans la scolarisation et dans la réussite scolaire des jeunes enfants. Or beaucoup n’ont pas été remplacées cet hiver quand elles étaient absentes pour cause de maladie ou de délégation syndicale. Et cela sur plusieurs semaines voire plusieurs mois.

A l’école Paul Chevallier, il a fallu une pétition de 90 parents d’élèves pour qu’enfin la municipalité se décide à remplacer les absences, récurrentes depuis la rentrée de septembre dernier.

Lors du dernier conseil municipal, quand Catherine Ravat a posé la question du remplacement des ATSEM qui partaient en retraite, Monsieur Vincendet n’a pas répondu mais a vilipendé l’Education Nationale. Or les ATSEM sont de la responsabilité de la commune depuis plusieurs décennies. Comme à son habitude, face à une question embarrassante, il a donc choisi de répondre à côté…

L’engagement de maintenir une ATSEM par classe n’a pas été pris au-delà de l’exercice budgétaire en cours.

Quand ce problème sera-t-il résolu ? Est-il envisageable que des classes accueillant des enfants de 2/3 ans avec des effectifs de 30, ne soient sous la responsabilité que d’un seul adulte ? C’est pourtant ce qui a été vécu par certains enseignants et leurs élèves cette année.

L’EDUCATION EST UN DROIT TOUT AUSSI IMPORTANT QUE LA SECURITE !

Catherine Ravat et Jean Christophe Darne.

Retrouvez les autres tribunes des mois précédent en cliquant ici