Notre Tribune de Février 2016

Rillieux-la-Pape ne s’est pas fait en un jour !

Lors des différentes cérémonies de vœux, dans la presse, le maire annonce fièrement des réalisations d’urbanisme et les revendique au nom de son action municipale.

Les Balcons de Sermenaz, la rénovation du quartier du Bottet, les travaux du Rond-Point Général de Gaulle sont des projets qui ont été réfléchis, négociés et montés sur un temps long. Ils aboutissent maintenant mais ce sont des réalisations qui résultent de négociations antérieures parfois très longues. C’est la preuve que la gauche à Rillieux-la-Pape a été active. Les réalisations actuelles ont été pensées dès l’élaboration du Plan Local d’Urbanisme, en vigueur. Donc bien avant que Monsieur Vincendet ne s’installe et ne s’intéresse à Rillieux-la-Pape.

Nous pouvons tous nous féliciter de la réalisation de ces projets aux bénéfices des Rilliards et dans le but de développer la commune. Mais nous devons tous nous rappeler que le temps en politique n’est pas seulement celui de la réaction. Il est aussi celui de la construction, celui de la continuité de la commune. Il résulte du travail de plusieurs équipes municipales.

Rendre à César ce qui est à César, c’est rappeler la noblesse de la politique : faire de la politique, c’est s’occuper de la cité, du bien-être de tous et non se dresser des couronnes de lauriers.

Catherine RAVAT et Jean Christophe DARNE

Retrouvez les autres tribunes des mois précédent en cliquant ici